Arthur Zang : Inventeur du CardioPad pour la médecine cardiologique

Arthur Zang, jeune camerounais né le 26 novembre 1987 à Mbankomo, est ingénieur en informatique. Depuis 2014, il est le créateur de la tablette Cardiopad et le PDG de l’entreprise Himore Medical Equipments.


Le CardioPad en bref..

Le Cardiopad est une tablette numérique à usage médical. C’est un appareil qui permet de réaliser des examens cardiaques sur des patients vivant dans des régions reculées. Cela facilite l’accès et réduit un risque de mortalité précoce dû au manque de moyens de déplacements d’urgence. Relié aux réseaux, ce qui permet aux patients des régions reculées d’accéder plus facilement aux soins de santé, sans toutefois se déplacer.


Arthur Zang, son parcours

 En 2004, il obtient une licence d’informatique à l’université de Yaoundé (capitale politique du Cameroun). Ensuite, il fait des études en informatique à l’Ecole nationale supérieure de Polytechnique (université de Yaoundé). Puis, obtient un diplôme d’ingénieur en informatique, en conception et génie logiciel en 2010. Lors d’un stage d’étude dans un service de cardiologie, il a l’idée de créer un logiciel. Un outil capable de reproduire un électrocardiogramme sur une tablette informatique. La perspective : le rendre accessible, via internet, pour un cardiologue capable d’analyser à distance les données enregistrées. Il suit des cours en ligne d’électronique pour fabriquer sa tablette. Par la suite, il fonde l’entreprise Himore Medical Equipments.

Après obtention de plusieurs bourses et prix, il met au point ce logiciel connu sous le nom de « CardioPad ». Il obtient aussi des distinctions, notamment de la part d’institutions internationales ou étatiques, via le Président de la république camerounais. Ensuite, il fait également appel à des financements participatifs. Ainsi, ces apports financiers lui ont  permis de lancer la fabrication de ces tablettes. (Wikipédia)

Cameroun, DÉCRYPTAGE du 09 juillet 2016 reçoit Arthur Zang, inventeur du CardioPad. Le patron de Himore Medical a présenté son entreprise comme une structure spécialisée dans la fabrication d’appareils médicaux à Yaoundé au Cameroun. A 26 ans, Arthur Zang est connu pour avoir mis sur le marché une tablette numérique (CardioPad). Cet appareil permet aux populations éloignées des centres de santé d’effectuer soit-même l’examen cardiovasculaire. L’invité parle des avantages de cet outil et décline ses projets futurs.


ITW avec FRANCK NOUDOFININ  (Retranscription)

Sans argent, il a fabriqué une tablette médicale tactile permettant aux populations éloignées des centres de soins de passer l’examen du cœur qui aide ainsi à diminuer le taux de mortalité des maladies cardiovasculaires. A 26 ans, le camerounais Arthur Zang ouvre une nouvelle ère pour les soins du cœur en Afrique. Lauréat des Rolex et World, il est classé par Forbes parmi les dix personnalités qui bâtiront l’Afrique de demain. Vous l’avez compris chers téléspectateurs nous sommes dans Décryptage. Soyez le bienvenu.

FN : Monsieur Zang, pouvez-vous vous présenter et présenter également votre invention ?

AZ : Je m’appelle Arthur Zang et je suis là pour présenter la société Himore medical qui est une société de fabrication d’appareils médicaux localisée au Cameroun à Yaoundé. Et donc, notre produit que vous avez devant vous s’appelle le CardioPad. C’est un appareil médical destiné à réaliser les examens cardiaques dans les hôpitaux de districts. C’est à dire où il n’y a pas de spécialistes en cardiologie. Donc, nous sommes partis d’un problème simple qui se pose dans beaucoup de pays d’Afrique et qui se pose également dans les pays en voie de développement. Il y a très peu de spécialistes en cardiologie en Afrique. Et donc, les patients qui habitent “en milieu rural” sont très souvent obligés de se déplacer pour venir en ville effectuer leurs examens.

Grâce à cet appareil appelé le CardioPad, on peut réaliser des examens cardiaques aux patients et également transmettre les résultats de ces examens cardiaques à travers le réseau téléphonique mobile. Ce qui permet par ailleurs d’obtenir un diagnostic cardiaque et d’éviter au patient de se déplacer chaque fois qu’il effectue un examen.


FN : Comment vous est venue l’idée de créer le CardioPad?

AZ : Comme je l’ai dit, nous sommes partis d’un problème simple. J’ai eu cette idée il y a cinq ans. Il y a six ans en réalité, lorsque j’étais étudiant à l’école Polytechnique de Yaoundé. J’ai fais un stage à l’hôpital général de Yaoundé. Et c’est pendant ce stage que j’ai découvert qu’il y avait 40 cardiologues au Cameroun pour plus de 20 millions d’habitants. Et que ces cardiologues travaillaient en majorité dans les plus grandes villes du pays. Donc, cela posait un problème de normes pour les patients qui n’habitent pas en ville. Et donc, j’ai décidé de résoudre ce problème.

J’ai commencé par développer un logiciel qui permettait de faire des examens cardiaques. Ensuite, j’ai décidé le développement d’une solution complète qui pourra en même temps intégrer le logiciel et le matériel. Et voilà comment ce projet est né.


FN : Comment marche le CardioPad ?

AZ : Donc pour réaliser un examen cardiaque, c’est très simple. On commence par poser les électrodes sur la poitrine, le poignet et les chevilles du patient. Ces électrodes sont reliées à un capteur qui permet de numériser le signal pour le transmettre par bluetooth via la tablette. La tablette va donc enregistrer, traiter le signal et puis sauvegarder cela dans la mémoire. Et également, ce signal pourrait être transmit d’une tablette à une autre pour obtenir un diagnostic cardiaque. Donc à l’intérieur de la tablette, il y a un endroit où on peut insérer une carte sim et également un modem intégré. Ce qui permet à la tablette de se connecter au réseau téléphonique mobile et de transmettre les résultats d’un point à un autre. Mais l’examen cardiaque est vraiment très simple. C’est-à-dire que l’on pose les électrodes sur la poitrine et la tablette acquiert le signal. 


FN : Dans un contexte d’insuffisance des infrastructures sanitaires en Afrique, quel peut être le rôle du CardioPad ? 

AZ : Nous comptons déjà commercialiser l’appareil à un coût très inférieur aux appareils venant de l’étranger. En réalisant les mêmes fonctions. Donc, en fixant un prix assez abordable pour les hôpitaux, nous espérons qu’ils auront la possibilité d’acquérir [notre appareil]. Nous avons également mis sur pied une stratégie qui permettra aux hôpitaux d’acquérir cet appareil vraiment à moindre coût.


FN : Quels sont vos objectifs? 

AZ : Pour le moment l’appareil a été commercialisé au Cameroun depuis la semaine passée [juillet 2016]. Donc, nous avons justement lancé la première commercialisation. C’est encore très récent. Mais notre objectif c’est effectivement de pouvoir fournir cette appareil, déjà pour les hôpitaux, dans la sous région d’Afrique centrale et partant de la sous région, pour le continent tout entier. 


FN : le CardioPad a t-il reçu un écho auprès du public?

AZ : Bien sûr ! Il y a un très grand engouement déjà depuis le développement de l’appareil. Depuis le premier test, nous avons remarqué que les médecins déjà au Cameroun étaient très impatients d’utiliser cet appareil. Et nous travaillons également dans notre équipe avec beaucoup de médecins, de cardiologues et des urgentistes qui nous guident pour ajouter de nouvelles fonctions. Et on peut dire que les feedbacks sont vraiment très satisfaisants.


Vidéo digitale - afrodigimag.com Arthur Zang, inventeur du Cardiopad, Cameroun

YouTube video

 

Sources : World Intellectual Property Organization – WIPO , wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.