Management : Quel genre de manager êtes-vous?

Au même titre que la culture d’entreprise, le profil du manager influence de manière prépondérante l’entreprise. Une variante sensible qui déterminera les ambiances et les performances internes qui accompagneront au quotidien le travail collectif. Manager ou patron, les genres diffèrent au gré des caractères et personnalités. Passons en revue les profils récurrents de ces dirigeants et analysez le genre de manager qui repose en vous.

La posture du manager idéal

Pour gérer avec succès une équipe, un département ou une entreprise, trois compétences importantes sont requises. L’organisation, la communication et la confiance. Les cadres supérieurs qui possèdent un mélange de ces ingrédients spéciaux peuvent motiver leurs employés à donner le meilleur d’eux-mêmes. 

Découvrons différents profils de manager et essayons de déceler les points positifs et négatifs pour chacun d’entre eux.

Management : Quel genre de manager êtes-vous?

Bien que chaque manager ait un style de direction unique. 

  • Êtes-vous une sorte de leader sans intervention, qui fait confiance à ses employés ?
  • Permettez-vous à tout un chacun de gérer leur propre temps et leurs propres priorités ? 
  • Ou alors, êtes-vous dans les tranchées, à vous battre aux côtés de votre équipe sur le terrain ? 

Les comportements du mauvais manager

Par opposition le mauvais manager peut être cynique, de mauvaise humeur ou égocentrique. Un mauvais cadre a généralement un ou plusieurs de ces traits de caractère. Il n’est pas étonnant que les 3/4 de la main-d’œuvre en entreprise soient si peu motivés. La motivation ultime pour la satisfaction au travail n’est plus seulement le salaire. Les employés d’aujourd’hui ont besoin de se sentir appréciés et d’avoir de bonnes relations avec leurs supérieurs. Ils aspirent ainsi à maximiser leurs performances au travail. Vous apprendrez à reconnaître les mauvais managers. Vous saurez analyser vos traits de caractère, qu’en tant que cadre supérieur, vous devriez rapidement corriger.


Quel profil managérial avez-vous ?

Un mauvais management ne nuit pas seulement à la motivation au bureau. Il peut aussi coûter une fortune à l’entreprise. Comment ? En poussant les employés de qualité à leur point de rupture et en les poussant à démissionner. De plus, un mauvais manager peut embaucher des employés tout aussi mauvais. Cela entraîne également une grande fluctuation et un grand malaise au sein de la main-d’œuvre.

Sur le terrain, nous nous sommes rendus compte que de nombreux cadres se distinguaient dans cette catégorie. Reconnaissez-vous l’un de ces traits dans votre supérieur actuel ou dans votre propre stratégie de leadership ? Si tel est le cas, il est grand temps de mettre un terme à ces comportements. Ce n’est qu’en étant un manager juste que vous pourrez diriger votre équipe avec succès et efficacité.


Mr Tempérament colérique – Genre de manager

Management : Quel genre de manager êtes-vous?

Vous connaissez si bien ces moments dramatiques. Ces moments où le visage de votre patron devient fermé, et où une veine pousse plus loin sur son front. La raison est sans doute banale, mais l’effet est effrayant voir, démotivant. 

Souvent, lorsqu’une équipe souffre d’une sous-performance, c’est un mauvais patron qui est à blâmer. Quel genre d’employé se donnerait à 100% s’il savait qu’il doit expier ses « erreurs » banales chaque jour ? Mr Tempérament colérique n’est pas seulement offensant par son ton et ses paroles. Par moment, Il a aussi tendance à être trop dominant et exigeant. Les âmes sensibles peuvent avoir du mal à travailler avec un patron comme lui.


Madame Parfaite – Genre de manager

Management : Quel genre de manager êtes-vous?

Ses idées sont brillantes. Son style de leadership est extrêmement efficace. Elle n’est pas seulement douée, elle est incroyable. Ou du moins, c’est ce qu’elle pense. 

Mme Parfaite ne fait que des éloges. Les patrons égocentriques aiment être au milieu de tout, et plus que tout, ils veulent toujours avoir raison. 

Les employés qui proposent leurs propres idées ou même des rejets sont rapidement renvoyés. Les égocentriques ne laissent souvent à leurs employés que peu ou pas de temps pour développer leurs idées et projets. Un membre de l’équipe qui parvient à soumettre une bonne idée dans un premier temps, peut en être dépossédé l’instant d’après. Ainsi, lors de la réunion suivante ladite “idée” est présentée comme si Mme Parfaite avait tout inventé toute seule. En fait, elle avait déjà développé le principe de l’idée toute seule depuis longtemps. Choquant n’est ce pas ?


Mr Misanthrope – Genre de manager

Management : Quel genre de manager êtes-vous?

Mr Misanthrope, est un homme socialement incompétent. Mais écouter ses employés et établir des liens avec eux n’est pas son point fort. Il souffre surtout de problèmes de communication. Il peut reconnaître rapidement quand quelque chose ne fonctionne pas comme il le devrait. Il est prompt à le signaler. Mais il ne faut jamais s’attendre à des critiques constructives. Mr Misanthrope n’est pas capable d’identifier les différents besoins de ses employés, ainsi que leurs qualités individuelles. En raison de cet angle mort, il n’est pas non plus du genre à faire l’éloge de ses employés. Il n’est pas en mesure de reconnaître leurs succès et valeurs. Pour la plupart des membres de la population active, il est extrêmement important d’apprécier son travail. Les employés éprouvent ce besoin de soutien émanant de leur hiérarchie. Ainsi, des études montrent que les employés travaillent jusqu’à 60 % plus efficacement lorsqu’ils se sentent soutenus.


Madame “Peut-être” – Genre de manager

Management : Quel genre de manager êtes-vous?

Les entreprises dirigées par des Mme “Peut-être”, constatent un dirigeant hésitant. Les employés ne doivent pas craindre les débordements aléatoires de leur superviseur. À cet égard, Mme “Peut-être” est plutôt calme, et probablement même en mal d’assurance. Moins coincée ou rigide que Mr “Colérique”, elle laisse à ses employés plus de place pour leur développement personnel. Mais ici aussi, il n’y a pas d’orientation claire, ce qui entraîne souvent des malentendus. Elle a sans doute du mal à établir des priorités. Cela signifie que, malgré son attitude sympathique, elle est aussi un patron inefficace.


Mr “Indisponible” – Genre de manager

Management : Quel genre de manager êtes-vous?

Des problèmes avec un fournisseur ? Une nouvelle idée pour la prochaine campagne de marketing ? Mr Indisponible a des choses plus importantes à faire. Il est présent, mais pas réceptif aux besoins de ses employés. Les patrons d’aujourd’hui doivent être à l’écoute des problèmes de leur équipe. Ces derniers deviendront rapidement frustrés et en manque d’appréciation. Un mauvais patron ne se soucie que des résultats. Mais un bon patron écoute et offre un retour d’informations pour aider à obtenir les meilleurs résultats.

“La prochaine fois que votre pouls s’emballe pendant une réunion ou qu’un employé frappe à votre porte, restez calme. Ne commettez pas les mêmes erreurs que ces autres managers. Soyez attentif aux besoins de votre équipe et communiquez de manière transparente.”


Le top des top managers : Conseils en trois étapes

Certains professionnels du monde des affaires pourraient faire valoir qu’il vaut mieux demander pardon qu’obtenir une autorisation. La plupart des cadres supérieurs pourraient tirer profit d’une plus grande affirmation de soi. Les meilleurs managers sont confiants et sereins lorsqu’ils travaillent avec leur personnel. Au risque de paraître dominateurs, certains cadres tombent dans le piège de formuler les tâches comme des demandes. D’autres semblent trop laxistes avec leurs employés. Lorsque votre personnel doute de votre autorité, la motivation diminue et la responsabilité cesse d’exister. Pour devenir un manager plus affirmé, il est impératif que votre équipe respecte et comprenne ses devoirs. Apprenez à vous adresser fermement à votre équipe et regardez votre personnel s’épanouir.

Étape 1 – Quel genre de patron êtes-vous ?

« Vaut-il mieux être craint ou aimé » ? C’est l’un des plus grands dilemmes auxquels la plupart des managers sont confrontés dans les bureaux d’aujourd’hui. Le poste de direction comporte de nombreuses responsabilités. Il existe de nombreuses façons de devenir un mauvais patron. Nombre de managers pensent que crier ou gronder sont des techniques de leadership efficaces. Mais il est tout aussi préjudiciable à votre entreprise et à votre personnel d’être dirigé par un dirigeant inefficace. Prenez donc un peu de temps pour réfléchir et déterminer quel type de manager vous êtes. Vous retrouvez-vous à faire des suggestions à votre personnel, plutôt que des missions concrètes ? Est-ce que vous faiblissez lorsque vient le temps de critiquer les performances médiocres d’un employé ? Faites-vous preuve de confiance ?  Ce sont tous des traits de caractère nécessaires si vous voulez gagner le respect de votre personnel. Réfléchissez bien aux domaines dans lesquels vous pouvez améliorer votre quotient d’intelligence émotionnelle. Une fois ciblés, les points d’amélioration traités, vous pourrez commencer à être le patron dont vos employés ont besoin.


Étape 2 – Organisez-vous !

L’organisation est une composante nécessaire pour tout manager. Certains patrons sont des écervelés avec des bureaux encombrés. D’autres préfèrent un espace de travail bien rangé, équipé de carnets coordonnés et de notes autocollantes à code couleur. Un autre problème courant pour les cadres est l’incapacité à garder une trace de leurs employés.  Une traçabilité qui ne se contente pas de suggérer des délais, mais qui accompagne les recommandations de gestion de projets. Ces affectations peuvent se perdre dans le chaos d’un lieu de travail normal.

Il vous faut éviter de perdre la trace de votre personnel. Pour évaluer les priorités et les besoins de votre équipe, concevez un système organisationnel pour améliorer la responsabilité. Prenez d’abord en compte les projets les plus importants et les plus prioritaires. Envisagez d’attribuer un classeur, ou un dossier numérique sur le disque partagé de votre entreprise pour chaque projet important. Au départ dans l’entreprise, discutez avec les employés responsables et établissez un calendrier avec des avancements et délais précis. Votre personnel comprendra que chaque nouveau projet fera l’objet d’un suivi des progrès réalisés. Il se sentira davantage motivé pour mener à bien les missions dans les délais impartis et de manière soignée. En outre, en créant une atmosphère de transparence, vos employés se sentiront guidé et structuré dans leurs évolution. Il seront également à l’aise pour vous confier les difficultés et obstacles rencontrés dans l’accomplissement de leurs tâches.


Étape 3 – Une équipe structurée est une équipe qui réussit

Bien sûr, la flexibilité est un trait merveilleux chez un manager. Mais la plupart des employés s’épanouissent grâce à la structure. Évitez de dire des choses comme : « Ce serait bien d’avoir les chiffres d’ici vendredi, si vous pouvez gérer ». Indiquez plutôt directement vos attentes : « Amina, il me faut les chiffres pour jeudi en fin de journée. » Soulignez le fait que vous avez une oreille ouverte pour vos employés. En outre, vous attendez également d’eux qu’ils fassent de leur mieux. Evitez de créer une culture dans laquelle les employés reconnaissent que leur patron peut avoir une sensibilité larmoyante pour les histoires tristes et douloureuses. Vous vous exposez à devenir un bouc émissaire. Une telle réputation est difficile à ébranler. Restez donc ferme, mais raisonnable.

Prévoyez des contrôles réguliers avec les membres de l’équipe et demandez comment se déroulent leurs missions. En cas de retards répétés, vous veillerez à gérer les situations au cas par cas de manière appropriée. Chaque dépassement de délai ne justifie pas une sanction. Faites en sorte que les erreurs plus importantes ne passent pas inaperçues. Vous pouvez facilement présenter ces discussions difficiles comme des possibilités d’amélioration. Evitez une procédure bureaucratique lourde. Gardez pour pragmatisme de les aider à atteindre un objectif commun : la réussite de votre entreprise.

Il y a une grande différence entre « agressif » et « assertif », et il est important de ne pas franchir cette ligne. Toutefois, en restant positif mais ferme, vous pouvez devenir un meilleur patron pour vos employés et pour toute votre organisation. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.